CAP 2022 et budget 2019 : Feu sur les services publics. La lettre n° 6

CAP 2022 et budget 2019 : Feu sur les services publics. La lettre n° 6

CAP 2022 et budget 2019 : Feu sur les services publics

L’été se sera, encore une fois, révélé meurtrier pour les services publics, le Fonction publique, ses missions et ses agents. En Juillet, le rapport des experts CAP 2022, tenu secret, mais tombé du camion, a révélé ce que ces dignes haut-fonctionnaires passés dans le privé et maîtres ès-privatisations avaient en tête: diminuer le périmètre de l’action publique, mettre les organismes en concurrence, privatiser, réorganiser, mais toujours au détriment de l’action de l’Etat, puis, sans crier gare, le premier ministre, a, par ses circulaires du 24 Juillet, commencé à mettre en œuvre ces orientations. Tous les services territoriaux de l’Etat sont visés, notamment les Direccte, avec la suppression des emplois consacrés au développement économique et au tourisme, fragilisant ainsi les pôles 3 E et les Direccte mêmes. Ça promet ! D’autant que, dans le même temps, les premières informations sur le PLF 2019 ont montré une baisse de l’ordre de 15 % du budget Travail Emploi, et l’on attend avec angoisse les informations plus précises, devant tomber dans les heures qui viennent, sur la répartition des 4500 suppressions de postes annoncées pour cette année dans la Fonction publique d’Etat. Les premières informations font état de 233 emplois supprimés au ministère du Travail (presque autant que les 239 de 2018) et de 1385 à Pôle Emploi et à l’AFPA.
Quant à la rencontre des OS avec la Secrétaire générale des ministères sociaux, qui a eu lieu le 27 septembre, celle-ci n’est pas faite pour nous rassurer, bien au contraire, elle confirme les suppressions de postes, qu’il n’est pas question de discuter, elle n’est pas en mesure de nous dire quelles seront les orientations de la ministre, dans le cadre de CAP 2022 et du PLF 2019, bref, aucune info et le seul engagement de discuter des mesures du Plan social touchant les services. Pour lire le compte-rendu du SNUTEFE FSU, cliquez ici.
Le SNUTEFE FSU a publié un tract au sujet des Pôles 3 E début Septembre, si vous ne l’avez pas eu, cliquez ici pour le lire. La FSU a sorti un tract traitant de la réorganisation des services territoriaux de l’Etat, pour le lire, cliquez ici.

ET LES CHANTIERS DU GOUVERNEMENT CONCERNANT LA FONCTION PUBLIQUE, OU EN EST-ON ?

Le gouvernement a lancé 4 “chantiers de refondation du contrat social avec les agents publics” (chantier 1 : « dialogue social » et notamment rôle des CAP et CHSCT, chantier 2 : « recours accru aux contrats », chantier 3 : « rémunérations », chantier 4 : « mobilités / formation ») et présenté dans ce cadre des orientations qui en l’état sont de nature à dynamiter le statut. Le prétexte est bien sûr de « donner plus de souplesse », de “moderniser l’action publique”… etc. La FSU a dénoncé le fond comme la méthode de travail : document unilatéral de l’Administration et uniquement à charge pour lancer les chantiers ; document qui véhicule des idées fausses sur le statut.
Pour lire le tract de la FSU sur les 4 chantiers, cliquez ici

Il est donc urgent de faire connaître au gouvernement l’opposition résolue des agents à la destruction du paritarisme dans la Fonction Publique (CAP et CHSCT), en signant la pétition nationale Pas touche aux CAP et CHSCT !qui sera remise au gouvernement le 3 Octobre.

POUR AGIR DES MAINTENANT, JOIGNEZ-VOUS AUX PLUS DE 28 000 AGENTS QUI ONT SIGNE LA PÉTITION

Pas touche aux CAP et CHSCT !
Signez la pétition pour le respect de nos droits ici

LE 9 OCTOBRE, SE MOBILISER POUR DÉFENDRE LE SERVICE PUBLIC, DÉFENDRE NOTRE MODÈLE SOCIAL

Face à ces multiples attaques, qui visent la Fonction publique, le statut et les conditions de travail de ses agents, et à travers elle, la notion même de service public, il importe de construire une riposte sociale et politique, qui associe largement les salariés et s’inscrit dans la durée. C’est pourquoi la journée d’action interprofessionnelle lancée pour le 9 Octobre peut être, en cette rentrée délicate pour le gouvernement, un point d’appui important pour une relance de la mobilisation visant à peser sur ses choix économiques et sociaux. La FSU appelle à participer pleinement à cette journée avec toutes les fédérations de fonctionnaires qui le veulent, le SNUTEFE FSU, quant à lui, est partie prenante de l’intersyndicale du ministère du Travail qui appelle les agents à faire grève et à participer aux cortèges interprofessionnels.
Les Lilas, le 6 Juillet 2018

Pour lire l’appel interfédéral Fonction publique, cliquez ici
Pour lire l’appel intersyndical du Ministère du Travail, cliquez ici

 

CONDITIONS DE TRAVAIL AU MINISTERE : DE MAL EN PIS

Depuis plusieurs années, les CHSCT du Ministère du travail alertent les directions sur l’évolution inquiétante des conditions de travail de nos collègues. Témoin, le nombre de suicides et de tentatives dans nos services ne cesse d’augmenter et la DRH a été contrainte d’élaborer un plan spécifique. Et ce ne sont pas l’avalanche de réformes, la diminution des effectifs et les incertitudes sur les missions qui peuvent améliorer la situation, bien sûr.
Pour lire le tract de la FSU sur la défense des conditions de travail, cliquez ici.

UNE CONFERENCE PASSIONNANTE SUR LE BURN OUT A, L’ADMINISTRATION CENTRALE A L’INITIATIVE DE LA FSU

La FSU a organisé une projection débat du documentaire d’Elsa Fayner sur « La Mécanique Burn-Out » au Ministère du travail le 25 juin 2018, en partenariat avec la CGT.
Une soixantaine d’agents de la Direction Générale du Travail, de la Direction de l’animation de la recherche et des études statistiques ainsi que de l’IGAS ont pu visionner le parcours de cinq personnes qui ont été victimes de burnout – une cadre bancaire, un cuisinier, une assistante sociale, un travailleur humanitaire et un berger, apportant ainsi un éclairage pour mieux en comprendre l’origine, les étapes et les caractéristiques.
Parce que l’ampleur de ce phénomène révèle un profond bouleversement de notre rapport au travail, mais aussi des méthodes de management et des organisations du travail, y compris dans nos services, il est apparu essentiel à la FSU de soulever ce débat, en particulier avec les agents du Ministère. Et il n’est pas près de s’éteindre, au vu des dernières décisions prises dans le cadre de CAP 2022 et du PLF 2019.

Lien de ce documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=VWC6Y1gimDI

LA RETRAITE : DES DROITS À PRÉSERVER ET À CONQUÉRIR

Lors des concertations, le gouvernement en reste pour l’instant aux généralités et ne dévoile rien de son projet. Or, sans connaissance précise des mesures envisagées, il est impossible de faire des simulations qui permettraient aux collègues de se rendre compte concrètement en termes de niveau de pension des conséquences d’un nouveau dispositif. Les quatre pages qui suivent font le point sur les droits qui pourraient être impactés par une réforme systémique et qui ont déjà été fortement dégradés par les réformes antérieures : droits familiaux, pensions de réversion, et droits que la FSU veut voir affirmés ou créés comme la prise en compte des années d’études et des fins de carrière. En matière de droits à la retraite comme en d’autres domaines, on s’aperçoit à cette occasion que les droits des fonctionnaires ne sont pas forcément plus avantageux que ceux des salariés du privé…
Pour lire la suite de ce 4 pages de la FSU, cliquez ici.

Auteur: herved

Partager cet article :
Share This